A Plobsheim, la journée citoyenne se transforme en semaine citoyenne.

Cette année, en raison du contexte sanitaire actuel, Plobsheim a transformé la traditionnelle journée citoyenne en semaine citoyenne, du samedi 17 avril au samedi 24 avril.

Cette année, en raison des contraintes sanitaires, pour sa quatrième édition la journée citoyenne de Plobsheim s’est présentée sous un nouveau jour : une semaine d’actions citoyennes, du 17 au 24 avril. Une édition particulière pendant laquelle les habitants disponibles et motivés ont pu aider et s’impliquer sur 16 chantiers et ateliers différents, au nombres restreints de participants mais avec des échanges et une convivialité toujours présente.

L’édition 2020 avait été reportée en raison du confinement strict imposé à cette période, mais pas moins de 350 personnes s’étaient mobilisées l’année précédente. « Dans le contexte sanitaire actuel, il nous paraissait impossible de rassembler autant de monde sur une seule journée. Les chantiers concernent de fait, 6 personnes au maximum », précise Charles Bapst, maire-adjoint en charge de l’action citoyenne.

 

Des chantiers variés

Nettoyage du ban communal, entretien du cimetière, mise en peinture des façades de la salle des fêtes, plantation de jardinières et de bacs, confection de nappes (couture), fabrication de produits ménagers, tout autant de chantiers variés pour occuper les citoyens durant quatre jours d’actions : les samedis 17 et 24, le mercredi 21 et le vendredi 23, de 8h30 à 14h.
« On choisit les chantiers en fonction de la demande et aussi de leur caractère d’urgence, argumente Charles Bapst. Chez nous, il n’y a que six personnes aux services techniques. Malgré toute leur bonne volonté, ces agents ne peuvent pas tout faire. »
Dans cette dynamique, la commune a également décidé de créer un club citoyen qui devrait être opérationnel pour l’été. Le but de ce club est de réunir les bonnes volontés ainsi que de multiplier les chantiers au service de la communauté pendant l’année. La fréquence des actions ne sont pas encore déterminées mais « cela peut être un travail sur les décorations de Noël ou de Pâques, la réfection d’une salle pour une association », explique Charles Bapst.

 

La relance du lien social

Dans une période d’incertitude, qui rappelle brutalement notre vulnérabilité individuelle et collective et donc la nécessité vitale de nouer et d’entretenir des liens entre habitants, chacun découvre la fragilité du vivre ensemble. C’est pourquoi, afin de retisser du lien social et de redécouvrir les vertus de l’action collective, la Journée citoyenne semble plus que jamais nécessaire.

Compte tenu de la crise et de ses impacts sur l’organisation d’un tel événement visant à rassembler largement la population, le collectif Journée citoyenne, piloté par l’Odas, a donc décidé de fixer exceptionnellement cette année la date nationale officielle au samedi 25 septembre.

Comme chaque année, cette date reste indicative et chaque commune est libre de choisir une autre date mieux adaptée à son calendrier municipal. La situation sanitaire étant différente selon les territoires, les communes qui souhaiteraient organiser leur Journée citoyenne à la date historique (samedi 29 mai) ont bien évidement toute liberté de le faire.

Quelle que soit la date choisie, les témoignages de maires ayant organisée la Journée citoyenne en 2020 et leurs retours d’expériences montrent que c’est possible. En appliquant un certain nombre d’adaptations, ceux-ci n’ont constaté aucune contamination à la suite de la Journée citoyenne qu’ils avaient organisée :

  • Veiller à l’application des gestes barrière : distanciation, port du masque, lavage de mains réguliers.
  • Mettre des masques et du gel hydroalcoolique à disposition pour les participants qui n’en auraient pas.
  • En amont : prévoir des activités où chacun peut se tenir à distance.
  • Privilégier les activités à l’extérieur.
  • Faire des petits groupes.
  • Inciter les participants à apporter eux-mêmes leur matériel et leurs bouteilles d’eau quand c’est possible.
  • Désinfecter le matériel après chaque utilisation.
  • Éviter les grands repas en privilégiant des tables dispersées en petits groupes.
  • Présenter en amont le programme et le protocole sanitaire à la préfecture afin que celle-ci valide l’événement.

Author: Joachim Reynard

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *