« La journée citoyenne est un message d’espoir », entretien avec Fabian Jordan, son initiateur

Avec 43 chantiers et 405 participants, la 14e journée citoyenne de Berrwiller ouvre le bal de la mobilisation collective, ce samedi 14 mai. Son initiateur, Fabian Jordan, maire de Berrwiller et président de Mulhouse Alsace agglomération (M2A), se livre sur cette expérience à la fois personnelle et politique.

Quel est votre moment préféré de la journée citoyenne ?
Fabian Jordan : C’est le moment du déjeuner, lorsque l’on se retrouve à midi à plus de 400 sur le terrain de foot pour partager le repas. Il y a beaucoup de joie, c’est émotionnellement l’instant le plus fort pour moi
Fabian Jordan : C’est l’aménagement du cimetière, le tout premier chantier, qui perdure depuis quatorze ans. Nous avons rénové le mur extérieur, puis intérieur, le sol, réalisé l’agrandissement du columbarium, etc. C’est la première mobilisation, elle est emblématique pour la commune. Et depuis le début, ce sont les mêmes personnes qui participent.

Comment vous impliquez-vous ce jour-là ?
Fabian Jordan : Le matin, je m’occupe de la coordination et de l’accueil des maires d’autres communes qui viennent découvrir le fonctionnement de la journée citoyenne et, l’après-midi, je vais là où il y a besoin d’aide. Mais si je pouvais choisir, je participerais au chantier de débroussaillage en forêt, dans la parcelle communale où nous allons créer un sentier bucolique. Je veux faire vivre cet endroit à travers les associations et les familles. L’an prochain, nous y installerons un chalet afin que les gens puissent faire des grillades et s’y retrouver.

À quoi ressemblerait la journée citoyenne de demain ?
Fabian Jordan : Elle existe déjà ! À Berrwiller, 405 habitants âgés de 4 à 92 ans sur 1200 sont acteurs, cela représente un tiers de la population. Dans le Haut-Rhin, 80 % des communes l’organisent et, au niveau national, on recense plus de 3000 villes , sans compter celles qui ne s’identifient pas. L’idéal, ce serait que cette journée dure toute l’année !

Au-delà de cette journée, que proposez-vous pour remobiliser les citoyens dont la méfiance vis-à-vis des institutions grandit ?
Fabian Jordan : De la proximité et de l’écoute. La journée citoyenne est l’illustration d’un travail de fond mené tout au long de l’année. On écoute, on consulte et on accompagne les initiatives des citoyens qui, du coup, passent de consommateurs à acteurs. Après ça, ils accordent leur confiance et s’impliquent. Je rencontre chaque nouvel habitant individuellement, qu’il soit locataire ou propriétaire, dans une volonté de découvrir l’autre, de valoriser ses savoirs, ses compétences. Je remets un livret de bienvenue avec la présentation des associations, des producteurs locaux et de la journée citoyenne… Tous les habitants possèdent mon numéro de téléphone portable. Pour recréer la confiance, il faut travailler à l’échelon local, donc le maire. Cela signifie revoir son statut et lui donner plus de pouvoir de décision, pas seulement des responsabilités. Et il doit utiliser ce pouvoir pour créer du lien entre les gens, ça demande de l’humilité. L’élu est un facilitateur. Notre rôle, c’est de donner le cadre et l’outil pour que les citoyens l’utilisent et le respectent. Fédérer et rassembler, ça a toujours été mon truc.

Quel est le plus grand défi qu’ont à relever les citoyens à l’heure actuelle ?Fabian Jordan : La priorité numéro un, c’est clairement l’environnement. Préserver la planète est une évidence et, pour ça, il faut décarboner nos actions.

Quels écogestes avez-vous adoptés à titre personnel ?
Fabian Jordan : Je fais le tri des déchets bien sûr, je suis vigilant à ma consommation énergétique et je consomme auprès des producteurs locaux, en circuits courts, car à Berrwiller on a tout ce qu’il faut. L’augmentation de la production alimentaire et énergétique est nécessaire pour viser l’autonomie.

Et le prochain pas que vous allez franchir ?
Fabian Jordan : À titre personnel, me déplacer différemment, changer de véhicule pour une voiture électrique. En tant qu’élu, je me bats pour la production d’hydrogène vert et, à l’échelle de Mulhouse Alsace agglomération, nous avons un gros projet de récupération de la chaleur fatale industrielle (chaleur perdue) pour alimenter des installations. Et à Berrwiller, ce samedi, une réserve d’eau de 3000 m3 alimentée par l’eau de source du lavoir sera créée pour arroser le terrain de foot. Cela évitera de pomper dans la nappe phréatique.

Si vous deviez jeter une bouteille à la mer, quel message glisseriez-vous dedans ?Fabian Jordan : Réussissons à vivre ensemble, à respecter l’autre à l’échelle locale, nationale, mais aussi européenne et mondiale, retrouvons le sens du partage afin de construire la société de demain. On peut faire beaucoup plus si on est ensemble. La journée citoyenne est peut-être un message d’espoir pour tout ça. La mobilisation collective ne peut se faire qu’en se rapprochant de l’autre. Tout comme l’élu, qui n’est pas un sachant, doit apprendre à savoir en allant à la rencontre de l’autre.

Author: Joachim Reynard

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.