L’organisation

Associer des bénévoles à un chantier communal ne doit pas se faire dans l’à peu près : concerter, communiquer, assurer sont des points à préparer. Pour que les bénévoles reviennent, il est nécessaire de bien préparer son chantier en amont, de faire réaliser un travail de « pro » et d’opérer assuré et en toute sécurité.

Bien choisir sa date. Si l’on participe à la journée citoyenne annuelle, le mieux est de caler la date sur celle de la date nationale prévue en mai (le 20 en 2017). Si cela n’est pas possible ou dans les autres cas, il sera judicieux d’éviter la fin d’année scolaire, déjà propice à de nombreux évènements. On aura soin également de ne pas se téléscoper avec toute autre manifestation locale d’ampleur. Le début de printemps sera favorable aux plantations de fleurs, la fin de l’automne aux plantations d’arbres. En amont d’une braderie comme à La Guierche (72) ou d’une manifestation importante, le chantier pourra permettre de rendre sa ville encore plus attractive.

Sélectionner et organiser les ateliers. Il faut d’abord, par le biais d’une concertation entre citoyens, élus et agents municipaux, faire une liste des chantiers à proposer. Chacun d’entre eux doit faire l’objet d’une fiche récapitulant les noms du responsable et des bénévoles, les travaux à effectuer et leur durée. L’atelier doit être bien organisé en amont, au risque de décourager les bonnes volontés : « Au préalable, les matériaux auront été achetés et les moyens et matériels nécessaires évalués correctement. », conseille Eric Bourge, maire de la Guierche. La signalisation des chantiers se fera la veille. L’atelier doit être réalisable dans le temps imparti, afin d’éviter de frustrer les bénévoles et de surcharger le personnel municipal les jours suivants. On peut toutefois, comme à La Guierche, commencer un atelier avec une équipe le matin et le terminer l’après-midi avec une autre.

Blois 2016-8Associer les plus jeunes ou les plus fragiles. Pour les tout-petits, une garderie, bénévole bien sûr, peut être organisée pour permettre aux jeunes parents de participer. Des ateliers spéciaux pour enfants peuvent être organisés : fabrication de nichoirs ou hôtels à insectes, atelier cuisine destiné à la préparation du repas festif, etc. On pourra aussi réfléchir aux moyens d’impliquer les personnes handicapées. A Angers, les personnes âgées seront accompagnées pour faire le tour des actions mises en place. A Peyrissas (Haute-Garonne), elles préparent le repas festif qui suit la demi-journée de travail.

Communiquer. Sans communication, le succès d’un appel au bénévolat n’est pas garanti. «Communiquer pour des évènements positifs, c’est difficile», prévient Fabian Jordan, coordinateur de la Journée citoyenne. Organiser une réunion publique permettra de recueillir les idées des citoyens. Mais celles-ci ne rencontrent pas toujours le succès escompté, aussi un « apero collaboratif » dans un café de la commune permet d’instaurer un climat convivial dans un lieu neutre et peut aider à mobiliser les habitants.
Puis les courriers déposés dans les boites, les lettres, affiches et autres communications dans le bulletin municipal et dans la presse, le bouche à oreille permettront de faire connaitre l’évènement et de s’inscrire. Sans oublier de s’appuyer sur les associations et acteurs locaux existant sur le territoire. Le porte à porte, dans l’ensemble de la commune ou autour des futur chantiers peut également constituer un vecteur de mobilisation. Après la manifestation, la remise de cadeaux siglés « Journée citoyenne » (t-shirt, casquettes…) donne un côté sympathique et festif, tout en relayant la communication.

DSC_0292Fiabiliser les réalisations. On conseillera d’emblée de ne pas s’engager dans des travaux trop complexes (gros œuvre, voirie…) Ainsi à Benney (628 hab., Meurthe-et-Moselle), une dizaine de bénévoles réalise un samedi matin par trimestre des travaux ne nécessitant pas de compétences particulières : plantations avec paillage à l’aide de bois déchiqueté sur place, aménagement d’un bac à sable ou de jeux pour enfants dans un square, maçonnerie, etc. Mais si l’on dispose de bénévoles compétents ou d’agents municipaux volontaires pour encadrer, cela peut être possible. A La Guierche par exemple, un chemin a été drainé et un fourreau électrique passé pour équiper ce chemin d’éclairage, des nids-de-poule ont été rebouchés, des travaux ont été réalisés à la mini-pelle. Ce ne sont pas toujours les anciens qui guideront les jeunes : à Berrwiller, « des jeunes en formation horticulture ont montré comment réaliser des plantations moins gourmandes en entretien », expliquer le maire.

Associer les artisans. Associer les artisans permettra bien sûr de fiabiliser certains travaux mais peut aussi être une façon indirecte de valoriser leur travail et de favoriser des commandes ultérieures de bénévoles particuliers qui les auront vu à l’œuvre. Louis d’Alessandro, patron d’une entreprise de peinture à Berrwiller, outre le vrai bonheur qu’il a à participer, l’entend bien ainsi : « Les habitants nous demandent conseil et nous créons ainsi des liens. C’est un moment privilégié pour faire connaitre notre entreprise et partager notre savoir-faire. »

Place à l’inventivité ! Certains chantiers ne naitront que par les initiatives des citoyens. Ainsi à Berrwiller, « on n’avait pas pensé à faire un local intergénérationnel », précise Fabian Jordan. Mieux, il a ici été fait d’une pierre deux coups, puisque ce chantier a débouché, en partenariat avec EDF, sur la réalisation d’un bâtiment à énergie positive qui « a associé la population pour l’aider à mieux connaitre les matériaux économes en énergie », selon le maire.

DSC_0229Prévoir un temps festif. Tout travail bénévole pour la commune s’accompagnera évidemment d’un temps festif qui permettra en outre aux élus, agents municipaux, bénévoles d’apprendre à mieux se connaitre. Le plus souvent, c’est un repas le midi ou le soir, selon qu’il s’agisse d’une demi-journée ou d’une journée de travail. Mais on pourra aussi ajouter un spectacle ou une mini-pièce de théâtre réalisés le jour même. Il est bon de prévoir en outre un temps où tous pourront venir découvrir ce qui a été réalisé dans les autres ateliers.